News
Rechercher sur Joyce.fr
Voyages : l'Inde fastueuse et sacrée
Sommaire en images

Bénarès

 

© Laurence Gounel  - Bénarès
© Laurence Gounel


Dernière étape et clou de ce voyage aux accents variés : Bénarès, ville Sainte et charismatique.  Sarnath, berceau du bouddhisme. On prend d'abord ses quartiers dans le petit palais fraîchement rénové de Nadesar*, au coeur de Bénarès et pourtant miraculeusement préservé du tapage de la ville. Planté au beau milieu d'un parc de 28 hectares et toisant un bassin aux lignes contemporaines, il abrite depuis le début de l'année une dizaine de chambres (dont 4 suites historiques et deux suites royales) à la décoration princière. Mais la curiosité l'emporte quand on sait qu'à une dizaine de kilomètres, se tient l'un des plus hauts lieux de pèlerinage bouddhiste du monde : Sarnath. Sans y consacrer plus d'une demi-journée, on revient ici sur les premiers pas de Buddha qui prononça au pied du Stupa son premier sermon il y a 2500 ans....
Nadesar Palace © DR
Nadesar Palace © DR


Et c'est à 5h du matin que l'on découvre pour la première fois Bénarès. On emprunte l'artère principale jusqu'au bout, avant de déboucher sur les ghats -les quais- qui longent le Gange. On embarque alors sur l'une des barques qui encombrent les marches et le spectacle peut commencer. On vogue en observant les scènes du petit matin. Des scènes animées qui défilent comme des  tableaux vivants : la plupart sont là pour leurs ablutions matinales, d'autres méditent en collectivité, les laveurs de linge s'affairent...

Plus tard dans la journée, le Gange nous donnera un second rendez-vous, plus fort encore. Quasi mystique, comme pour asseoir la réputation de cette cité sacrée uniquement parce que le Gange y coulerait en sens inverse.

© Laurence Gounel
© Laurence Gounel
La nuit tombe quand la population se presse gentiment sur le Manikarnika ghat. Quelque chose se prépare... Après avoir acheté à la sauvette ces petites coupelles remplies de fleurs et d'une bougie, on embarque pour se laisser dériver un peu plus loin. Devant le ghat réservé aux crémations. Sur les marches se pressent des familles venues amener les corps, qu'ils baignent d'abord dans le Gange en signe de purification, avant de les abandonner aux bûchers (où ils atteindront le nirvana) et de les veiller une dernière fois. Doucement et sans une certaine émotion, on revient accoster devant le ghat principal où les brahmanes (religieux) ont entamé leur cérémonie dans une parfaite synchronisation. Peu à peu, la foule se rassemble pour prier ensemble et les offrandes illuminent l'eau. Des centaines de petites bougies flottent comme un signe de reconnaissance de ces quelques centaines de mètres sacrés du fleuve...




  
  

Publié par
le 29/04/2009
Note :5/5 
Notez cette page : 

Copyright © 1999-2016 Joyce.fr - Un site auFeminin.com Network - Mentions légales