News
Rechercher sur Joyce.fr
Dans l'atelier de : Gérard Lognon, plisseur haute-couture

L'art du plissé

   

Dans l'atelier de Gérard Lognon © DR - L'art du plissé
Dans l'atelier de Gérard Lognon © DR
Installé à Paris, rue Casanova, Gérard Lognon est l’un des derniers maîtres plisseurs de France. Il collabore avec les plus grandes maisons de couture françaises. C’est un petit homme rond, jovial, qui est tombé, non pas dans la marmite de potion, mais en quelque sorte dans l’étuve de son père et celle de son grand père, quand il était petit.

Gérard Lognon © DR
Gérard Lognon © DR
Dans son atelier où travaillent cinq personnes, les gestes sont alertes, précis. Le tissu à plisser est placé entre deux moules de carton puis serré en gigot avant d’être passé dans une étuve pour être chauffé à 60 degrés. Au bout de 24 heures, grâce à la vapeur d’eau, le tissu va marquer les plis du moule. Dans l’atelier Tout le monde est debout : « on a du mal à trouver des jeunes gens, ils trouvent le métier pénible. Quand ils arrivent ils cherchent  immédiatement une chaise, un tabouret et n’en trouvent pas ! », témoigne « Bouboule » la première d’atelier. En bon artisan, Gérard Lognon est fier de dire qu’il travaille sans relâche depuis 42 ans et se lève tôt. En période de collections, personne ne compte ses heures. Les coupons de tissus défilent sur les établis sans qu’on sache toujours à quoi ils seront utilisés.

Ainsi, le plisseur travaille parfois « à l’aveugle » et découvre au hasard d’une photo,
Dans l'atelier de Gérard Lognon © DR
Dans l'atelier de Gérard Lognon © DR
dans un magazine le fruit de son labeur. Ouvrant le dernier Point de vue, il montre avec une pointe d’orgueil bien mérité « vous voyez cette jolie dame là (il s’agit d’Anna Mouglalis) elle porte une robe dont le plissé sort de mon atelier ; et celle-ci (Delphine Arnault Gancia) pareil ! ». « J’ai fait les plissés pour Monica Belluci jouant Cléôpatre, ajoute-t-il avec malice ».

Sur les étagères sont rangés en rang d’oignons les cartons qui feraient pâlir tout amateur d’origami qui se respecte : des centaines de modèles de plissés fantaisie, de toutes les tailles, de toutes les formes. Certains d’entre eux ont plus d’un siècle et il faut parfois des trésors de patiente et d’intelligence pour retrouver comment les moules ont été faits, car le savoir-faire ancestral est transmis exclusivement oralement. Il a fallu une semaine à Bouboule pour comprendre qu’il fallait plié d’abord l’intérieur du carton, moule d’un plissé particulièrement complexe, qu’elle a du redessiner car il était trop abîmé pour être encore utilisé.

Dans l'atelier de Gérard Lognon © DR
Dans l'atelier de Gérard Lognon © DR
Nombreux sont les plissés extraordinairement complexes qui ne se font plus qu’ici. Toutes les formes de plis ou presque sont possibles. Certains sont piqués de perle pour faire naître des motifs creux. D'autres créent l'illusion d'un tissu tressé. Pour les motifs les plus complexes, les ouvriers vérifient à la main le bon ajustement sur chaque pli.

A côté des plissés soleil ou en accordéon relativement classiques, d’autres, inventions maison gardées jalousement à travers les décennies, portent les noms ou les prénoms de leurs commanditaires. Dans une petite pièce au fond de l’atelier se trouve même la machine Hermès qui plisse exclusivement les carrés : elle est réglée à une hauteur précise pour donner le plissé caractéristique de la vénérable maison.

Avec une collection de plus de 3000 métiers à plisser, Gérard Lognon est la mémoire vivante d’un métier extraordinaire qui participe à l’enchantement de la Haute Couture. Il va bientôt prendre sa retraite. Espérons qu’il aura pu passer le flambeau d’ici là.




  
 

Publié par
le 17/10/2008
Note :4.4/5 
Notez cette page : 

Evénements
Expos de printemps
Le bon trio
Fashion Week Paris 2011-2012 : Drôles de looks !
Objet du désir : La manchette Bar de Dior, Archi DiorL'instant gourmand de... Pierre Hermé
Copyright © 1999-2016 Joyce.fr - Un site auFeminin.com Network - Mentions légales