News
Rechercher sur Joyce.fr
Interview de Naomi Watts
Sommaire en images

Naomi Watts et Edward Norton

 
Naomi Watts et Edward Norton
© Metropolitan Filmexport

Le film parle de communication, ou plutôt du manque de communication dans ce couple des années trente. Pensez-vous que l’absence d’un échange simple et vrai entre les gens nous touche encore aujourd’hui, malgré les portables et autres BlackBerry ?   

Naomi Watts : Oui, ce qui se passe dans le film est tout aussi juste aujourd’hui. Il est paradoxal, n’est-ce pas, que nous soyons toujours branchés et joignables, que ce soit par mail, portable, mais qu’en même temps, d’une certaine façon, nous ne nous écoutions plus ?

D’ailleurs c’est un peu ce qui m’a plu dans ce film, l’occasion d’incarner cette femme qui se prend pour quelqu’un de très brillant et accompli et qui se rend compte brutalement qu’elle ne l’est pas du tout, qu’en fait c’est exactement le contraire : elle a perdu le contact avec elle-même et avec les autres. Quand elle réalise cette méprise, cela provoque une énorme crise chez elle.
Le couple a tellement de colère l’un envers l’autre, que ça bloque toute possibilité de dialogue entre eux.
C’est pareil dans la vie : parfois c’est l’aveuglement, la rancœur qui nous sépare les uns des autres.

J’aime la métaphore du titre, car je trouve qu’il existe vraiment un «voile peint*» devant chacun de nous, et qu'il nous revient de le déchirer pour nous regarder en face, avec de la vérité, de la compassion, de la compréhension et aussi de l’amour.
Parfois, c’est tout un cheminement qu’il faut faire pour trouver l’amour dans une personne, et c’est le cas de Walter et Kitty dans le film.
Puis, le jour où vous arrivez au bout de cette quête, le cadeau est la découverte d'un amour d’autant plus profond.

*Le titre du film en anglais est The Painted Veil, ndlr




  
  

Publié par la rédaction Culture
le 07/03/2007
Note :4/5 
Notez cette page : 

Copyright © 1999-2016 Joyce.fr - Un site auFeminin.com Network - Mentions légales